Chauffage par aérothermie

0
21
Après le soleil et la terre, si nous passions à l’air ? L’air extérieur est un gaz qui contient en effet des calories qu’il est possible de récupérer de différentes façons. L’air peut donc, si on sait le manier, se révéler une source de chaleur dans laquelle il suffit de puiser…

Dans aérothermie, il y a aéro- et -thermie. Pas besoin d’être un linguiste de renommée internationale pour comprendre qu’il est question d’air et de chaleur. Précisément, l’aérothermie est une technique qui permet de récupérer les calories contenues dans l’air. Comment ? Essentiellement de deux façons, l’une coûteuse et l’autre moins. Nous commencerons donc par vous présenter le principe de fonctionnement de ce que l’on appelle le puits canadien (ou puits provençal).

Air chaud l’hiver, air froid l’été

Le principe du puits canadien est relativement simple à comprendre et ne date pas d’hier. En effet, les Romains faisaient déjà appel à cette technique pour modifier la température de leurs habitations. Au fait, il faut savoir que ce système a une double fonction : celle de réchauffer l’hiver et de refroidir l’été. Dans le premier cas on appelle cela un puits canadien (au Canada il fait plus souvent froid que chaud) et un puits provençal dans le second cas (il fait chaud en Provence…). Ceux qui le souhaitent peuvent également le désigner de manière plus savante en utilisant le terme : échangeur d’air géothermique.

Fonctionnement puits canadienVoici le schéma d’une installation type d’un puits canadien, sous une forme relativement simple

Source du tableau : www.xpair.com

Voici comment cela fonctionne : un tuyau est enterré à environ 1,5 – 2 mètres de profondeur. A l’extérieur, le tuyau en question est relié à une prise d’air équipée d’un fi ltre et placée en hauteur (à au moins 1,20 mètres du niveau du sol). L’air extérieur est ainsi capté afi n de circuler dans le circuit enterré, parcours durant lequel il prend la température de la terre qui entoure le tuyau, c’est-à-dire entre 10 et 18°. Ainsi, l’hiver on se trouve en présence d’un air préchauffé et il ne reste plus que 7 ou 8 degrés à chauffer au moyen du système de chauffage de la maison. L’été en revanche, on récupère de l’air à 18°, c’est-à-dire une climatisation naturelle à 18°. Pour plus d’effi cacité, il est vivement conseillé de relier à une ventilation électrique de type VMC, soit directement, soit indirectement, en utilisant l’air de la maison

Pour qui ?

Le système des puits canadiens s’adressent potentiellement à tout le monde, quel que soit le type de chauffage de sa maison et le type de maison que l’on habite mais il est plus que recommandé de se pencher sur la question au moment de la construction ou bien lors de travaux de terrassement. Ce n’est pas qu’il y ait besoin d’une tranchée très large mais il vaut mieux la prévoir suffisamment longue pour assurer une mise en température de l’air correcte. Les maisons bioclimatiques, bien isolées et pour lesquelles les propriétaires se sont questionnés sur les questions d’économies d’énergies sont particulièrement concernées par les puits canadiens. En ce qui concerne les volumes d’air à traiter, il va sans dire que l’efficience d’un puits canadien donnée ne sera pas la même selon la surface et le nombre de pièces concernées. Pour donner son rendement maximum, l’air tempéré du puits canadien devra être distribué dans toutes les pièces de la maison, ce qui n’est pas toujours possible, surtout si l’on habite dans une maison ancienne et qu’aucun réseau de ventilation n’a été installé. En conclusion, ces systèmes se destinent plutôt à des constructions neuves ou récentes.

Quelles précautions ?

Radon en France

Si le système est très performant et très peu coûteux d’un point de vue énergétique, il est indispensable de

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here