Les actus de l’écologie

0
117
Organismes, labels, innovations, actus… Les inclassables de l’écolomag ! Retrouvez dans cet article de nombreuses informations sur le monde de l’écologie ou de l’écohabitat.

Mars 2010

Fibres végétales : de nouvelles applications prometteuses

Bâtiment, automobile, plasturgie…ce sont les nouveaux débouchés pour les fibres végétales (lin, chanvre) jusqu’ici cantonnées au secteur du textile et du papier. Depuis une dizaine d’années, les industries européennes et françaises portent un intérêt croissant pour les fibres végétales. Le lin ou le chanvre comme d’autres fibres non cultivées en Europe (jute, sisal, kénaf, ramie) sont utilisés comme renfort de polymère de type PVC, PEPP, en substitution des fibres synthétiques (verre, kevlar, carbone…). Le concept n’est pas nouveau : les fibres végétales ont été introduites dans certains matériaux de construction (parpaings, isolants, panneaux, etc.) et dans les matériaux composites. La substitution des fibres végétales aux fibres synthétiques présente de nombreux avantages en termes de baisse des coûts et d’impact environnemental, liés notamment à une réduction du temps de fabrication. S’ajoutent aussi le gain énergétique, le caractère renouvelable de la ressource, la réduction du contenu en matières premières fossiles et le recyclage.
Source : www.actu-environnement.com

Pesticides : encore un effort !

Selon l’étude Ecophyto R&D, coordonnée par l’Inra, une réduction de l’ordre de 30% du recours aux pesticides serait possible avec des changements de pratiques substantiels, mais sans bouleversement majeur des systèmes de production. L’étude menée à la demande des ministres de l’Agriculture et de l’Environnement devait identifier les premières pistes d’actions pour répondre à l’objectif du Grenelle de réduire en moyenne de 50% les quantités de pesticides utilisés, si possible d’ici 2018. Selon François Veillerette, président du Mouvement pour les droits et le respect des générations futures (MDRGF), « ce rapport montre qu’il existe d’importantes voies de progrès pour les différents types de cultures ». Mais, prévient-il, « il y a lieu pour l’Etat de fournir un effort considérable en recherche et développement pour pouvoir mettre au point les méthodes culturales qui permettront de réduire de 50% ou plus l’usage des pesticides, quel que soit le type de culture ».
Source : www.mdrgf.c.topica.com

Janvier 2010

La traçabilité de l’origine de l’énergie

Pour garantir que l’origine de l’électricité fournie est bien 100% renouvelable, il existe le certificat vert mis en place par l’organisme Observ’er. Ce certificat garantit la « valeur verte » des producteurs d’électricité renouvelable, dont le coût est répercuté sur les consommateurs dans le cadre d’une offre verte. Il existe également la garantie d’origine, qui est le système officiel français de traçabilité. Un producteur, qui vend son électricité renouvelable à EDF, vend également sa valeur verte représentée par la garantie d’origine et financée par les consommateurs via la taxe CSPE (présente sur vos factures). Ainsi, la garantie d’origine et le certificat vert peuvent être cumulés par les producteurs d’énergie renouvelable qui les factureront deux fois aux consommateurs. Ce que dénoncent les associations de défense des consommateurs et les associations écologistes françaises.
Source : www.enercoop.fr

Juin 09

Du bois modifié thermiquement

Qu’es a quo ? Le bois modifié thermiquement (BMT) est obtenu par chauffage à haute température (180°C à 230°) dans un four spécifique, selon un procédé qui permet un traitement homogène et à coeur. Il s’agit d’un procédé écologique puisqu’à part de l’eau et du gaz naturel, aucun produit n’est introduit. La pyrolyse contrôlée qui résulte de ce traitement modifie les composants présen

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here